Session 3, Faut-il encore des bibliothèques ? (1)

CR rédigé par JoëlleMuller et Sabine Noël

Modérateur : Dominique Lahary

Certains élus, certains présidents d’université ont émis l’idée que maintenant les bibliothèques n’étaient plus nécessaires.

Vera Saboya, coordonnateur du programme de la lecture et de la connaissance, secrétariat d’Etat à la culture de Rio de Janeiro, Brésil.

Présentation du système de la culture et des bibliothèques au Brésil. Pour les jeunes, ils passent par l’expression artistique, créative avant d’aller vers le livre. Beaucoup d’enfants ne sont pas scolarisés mais ils vont dans les bibliothèques. Depuis 2010, des bibliothèques-Parc (troisième lieu) sont installées dans les favelas. Quels types de livre mettre dans ces bibliothèques. Cela vaut la peine de mettre de la littérature même si les usagers sont presque tous illettrés. Des activités artistiques sont programmées : atelier théâtre, laboratoire d’écrits numériques et de montage audiovisuel, laboratoire Mémoire et territoire, laboratoire de développement et de formation continue.

Ces équipements s’insèrent dans une démarche de politique publique : aller au milieu de la cité pour y mettre de la culture, accéder au livre, à l’expression artistique, esthétique.

Sur le plan politique, l’objectif est de permettre aux personnes de retrouver l’estime de soi. Mettre au centre de la Favella un lieu pour la rencontre pacifique. Recréer une place du village, une agora.

Elle trouve des points communs avec les activités de la bibliothèque de Montreuil vers les publics non-francophones ou en difficultés scolaires.

Projet défi. Beaucoup d’avis négatifs au départ. Ça ne sert à rien.

Débat sur le type de livre à proposer dans ces bibliothèques. Est-ce que ça a du sens de proposer de la littérature à des gens analphabètes sans bagage culturel adapté à la lecture. Avoir un livre de Le Corbusier pour des gens qui travaillent dans le BTP ça fait quelque chose.

Projet de construction d’un réseau de bibliothèques. Ces bibliothèques sont financées en parti avec des fonds d’Etat et en partie avec des fonds privés, des ONG…

Le gouvernement brésilien a un programme de développent de bibliothèque. Ces bibliothèques offriront des collections et feront le pari de la culture populaire, bibliothèque : lieu de production d’une culture populaire. Le public va produire cette culture.

La bibliothèque de Manguinios, un quartier difficile de Rio, ou la police n’entre plus, 100 000 habitants. Débat professionnel autour des livres proposés. Platon, Aristote, Harry Potter ? Faut il proposer ces titres et auteurs ou non ?

Les agents qui travaillent dans ces bibliothèques de quartier sont pour la plupart des habitants du quartier, des étudiants du quartier, le critère de choix principal a été quel est votre « rêve », que souhaitez-vous faire dans cette bibliothèque. Ces personnes sont formées à postériori à la bibliothéconomie. Ils savent repérer les drogués et les orienter vers l’hôpital.

Enthousiasme culturel des gens qui habitent au Brésil. Les Brésilien naissent en sachant danser et chanter. Ils sont plus formés par la télévision que par l’école. La bibliothèque s’inscrit là dedans. Le choix culturel réalisé par ces personnes est exigeant.

Quelques professionnels pilotent, les agents d’accueil sont des gens du quartier.

Odile Grandet, chef de projet bibliothèque de campus Condorcet (slides)

Un nouveau campus de bibliothèque de Recherche dont l’ouverture est prévu en 2016. Il est piloté par un PRES sciences humaines et sociales qui regroupe plusieurs universités et une centaine de laboratoires de recherche de Paris et sa région. Coût prévu 600 millions €. 17000 m2 de surface utile. Sur le territoire de Plaine-Commune. Accessible aux étudiants à partir du niveau master et aux chercheurs. C’est un véritable quartier universitaire qui va voir le jour.

Les bibliothèques jouent un rôle important en terme de choix, de légitimation des contenus. C’est également un espace pour le dialogue.

Véronique Balbo-Bonneval, Directrice de la culture et du patrimoine, Communauté d’agglomération Saint-Quentin-en-Yvelines (pas de slides)

Le projet de St Quentin est au croisement de deux volontés, celle de la ville, celle des directeurs des affaires culturelles d’aller au-delà du spectacle vivant. Développement d’un projet culturel au-delà de l’aspect artistique et au service d’un projet de société. Le principal outil est les Médiathèques.

Nous sommes dans une société du temps libre (le temps de travail a diminué, le temps de vie s’est allongé), de la connaissance, moins verticale qu’auparavant, plus transversale, une société émotionnelle avec moins de temps consacré à la pensée, de la prégnance du numérique, disparition des espaces publics (rue, marché), on ne sait plus comment s’adresser à près de 25% de la population (ouvriers, employés, chômeurs). Pour toutes ces raisons, les bibliothèques ont encore un sens et un rôle à jouer.

Les bibliothèques ont un rôle important à jouer envers les nouveaux entrants et également vis à vis des décrocheurs. Ce sont également des lieux de vie, des lieux publics, des lieux de rencontre. Faire attention aux horaires d’ouverture et aux rythmes sociaux. Il faut être accessible aux moments de liberté des populations.

About these ads

Une réponse à “Session 3, Faut-il encore des bibliothèques ? (1)

  1. il y avait deux modérateurs, deux Dominique Tabah et Lahary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s