D’un clic : les jeunes et les TIC

Domnique Lahary (modérateur)

Pascal Lardellier, Professeur de sciences de la communication, université de Bourgogne

La culture numérique des adolescents

Vices et vertus d’une « culture d’un 3e type ».

Accès au premier portable : rite de passage, de plus en plus tôt.

Enjeux culturels et économiques (stratégies des FAI et des opérateurs de téléphonie pour toucher ce public) puisque les adolescents sont hyper-connectés.

Culture des contenus, culture des industries culturelles. Au sens anthropologique, ensemble des normes, des rites, qui créent un lien à l’intérieur d’une communauté.

Les TIC offrent un espace d’expression.

Rouleau compresseur euphorique (hors de la société numérique, point de salut) : prendre de la distance.

Evaluation quantitative : 100% des adolescents vont sur Google au moins une fois par jour. L’omniscience que nous prête Google est contrebalancée par une amnésie : que reste-t-il de la masse des résultats trouvés un mois après ?

Question des dangers revient en permanence : question des addictions, « méfaits » sociaux, culturels. Usages de la documentation et d’information pose des problèmes de pillage. Usages de loisirs et de déviance. Logique du gratuit et de l’instantané : pas de conscience du droit d’auteur, etc.

Pratiques régies par du braconnage et essor de la « toute-puissance numérique ».

TIC : une révolution sociale, culturelle et générationnelle. Opposent les Digital natives (ados, ceux qui sont nés avec les TIC) aux Immigrant natives(ceux qui ont appris à s’en servir adultes).

Jubilation de la « communication masquée » : pseudonymat. Idéologie de la communication chez les ados. « Capital émotionnel » : mise en scène de soi et de ses amis.

Auto-formation des jeunes aux TIC, rapport décomplexé (essai/erreur/essai).

Une parodisation des relations sur le net : LOL !

Ostracisation de celui qui n’appartient pas au réseau. Cristallisations affinitaires : rat de La Fontaine qui ne sort plus de son fromage.

Ordre du livre vacille, on ne lit plus du début à la fin. Lecture reconfigurée : lisent Harry Potter parce qu’ils appartiennent à une production hollywoodienne. Ils le lisent pour faire partie de la communauté.

Dilution de la « culture classique » et ringardisation du livre et de la lecture. Livre inerte, pas interactif.

Avènement d’une culture mosaïque, télévisuelle et numérique.

La lecture plaisir s’amenuise (Fahrenheit 451, les amoureux du livre vont de l’autre côté de la rivière ) et l’aura du livre s’étiole irrémédiablement.

S’adapter aux digital natives, en inventant de nouveaux standards, de nouveaux genres.

La bibliothèque a un rôle, elle doit rester le « lieu des liens » (Michel Melot) mais sans verser dans le happening permanent. Réaffirmer le rôle majeur des passeurs : apprendre à éviter de copier/coller mais à analyser.

Penser l’entrée harmonieuse dans la société numérique.

Pascal Lardellier, Le pouce et la souris, Fayard

Anne-Claire Orban de Xivry, coordinatrice d’Actions Ciné Médias Jeunes (Belgique)

La Blog’Attitude : que font les jeunes sur Internet ?

Les blogs ne sont pas seulement liés aux adolescents.

Skyblog n’est pas un succès technologique mais a réussi à créer une communauté. Plateforme : on ne peut mettre dans sa blogroll que des Skyblog.

La plateforme intègre la publicité.

Les adolescents sont des techniciens doués, ont entendu le discours sur les risques mais ils ne parviennent pas à prendre de la distance.

Le Pseudonyme : permet de construire une identité.

Internet est un miroir, les interactions avec les autres permettent de se définir. Vous êtes chez moi mais j’ai besoin de vous pour me dire qui je suis.

L’auteur change de blog quand son blog ne lui ressemble plus.

Chez les adolescents, on note une notion de territoire : certains mettent une charte d’utilisation de son propre blog (indications pour les commentaires).

Le blog est un espace de communication : il permet de créer du lien. Hyper-connexion.

Blog comme lieu d’intégration : création de phénomènes de modes, etc.

Que faire face au phénomène ? Pas de code du blogging mais on peut aborder la question des droits de l’homme (censure dans certains pays, etc.), les notions juridiques de base, les enjeux de l’espace public.

Faire une éducation aux médias 2.0 sur l’hyperconnection, la relation entre individus, la consomm’action, l’addiction, le zapping, l’open-access, l’e-commerce, la traçabilité et l’empreinte médiatique.

Pascale Monrozier, chargée de mission, ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports

Le plan d’éducation au multimédia, le PEM

Omniprésence de la cyberculture, problème de la fracture numérique ont déterminé ce plan.

Promouvoir une image positive de la cyberculture.

Objectifs : provoquer une prise de conscience des éducateurs et encourager les pratiques.

Actions régionales.

Création d’un outil pédagogique : instaurer une éducation au dialogue entre éducateurs et adolescents.

Présentation des expériences menées.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s