Le grand bouleversement du « métier de bibliothécaire »

Notes sur « Le grand bouleversement »: rencontre autour de la nouvelle édition du Métier de bibliothécaire

Présentation de la refonte du livre par Yves Alix

Convergence ou divergence du métier selon le lieu où il s’exerce?

Julien Roche, SCD de Lille 1

très similaire sur les bases
mais différences:

  • les ressources électroniques
  • importance de l’anglais
  • le bibliothécaire en BU est un formateur à part entière plus que ce que l’on peut trouver en bibliothèque publique
  • rôle d’appui à la formation: mise en ligne des cours et indexation des ressources pédagogiques
  • rôle d’appui à la recherche: archives ouvertes, mise en ligne des thèses,…

Marie-Jeanne Boistard (BM de Blois)

Segmentation paradoxale des publics:

  • le grand public ne va pas vers la BU
  • les étudiants utilisent les espaces de la BM et le fonds grand public

question à Julien Roche sur l’appropriation des ressources numériques par les étudiants de 1er cycle: assez difficile à faire passer, faire connaître et faire utiliser.

  • Ancrage territorial de la BM ou pas?
  • Absence de formation sur la connaissance du contexte. Elle s’apprend par la pratique.
  • Bonne offre du CNFPT sur la dimension lecture publique mais déficit concernant le patrimoine

On peut être formateur à condition de pouvoir formaliser son expérience qui s’appuie sur des schémas mentaux bien structuré lors de la formation initiale

Sophie Danis (BPI)

  • Question des valeurs du métier
  • coeur du métier vu par les jeunes professionnels: la médiation, les services
  • la formation se fait grâce aux stages dans d’autres services et pas seulement culturels ou pourquoi pas commerciaux? Ces stages ont pour vocation à rester ancré dans la vraie vie.
  • L’usager n’est pas seulement un lecteur…

Gilles Rettel

  • Les idées de classement des bibliothécaires n’ont rien à voir avec les manières de penser des usagers.
  • Dans les gens qu’il forme, il note un clivage voire une fracture autour de la question numérique.
  • Retour de formation: langage et compétences communes, désarroi sur les perspectives futures,
  • G. Rettel est plutôt optimiste sur l’avenir des bibliothèques aujourd’hui.

Besoin d’un éclaircissement collectif de ce que l’on met sous le terme de numérique: entre documentation numérique et outils collaboratifs type web2.0

Points de vue des intervenants sur la définition du service par les bibliothécaires: contestation de la salle sur le fait que la notion de service est une valeur acquise dans notre métier.

Une personne réaffirme que les lecteurs sont maintenant plus experts et plus lecteurs que nous

Débat contradictoire sur la valeur des avis de lecteurs face aux avis des bibliothécaires.

En conclusion…

G. Rettel: vision trop mécanique du métier et voir du coté de neuroscience la notion d’empathie.
Julien Roche. Prospective pour le métier: place des ressources numériques, place de la formation des usagers et plus de place sur la prospective de notre métier/nos professions.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s